Mon cours de bonheur avec Tal Ben Shahar

Vendredi 10 février 2017, j’ai assisté à un cours de psychologie positive (la psychologie positive étudie la psyché sous l’angle des capacités optimales de l’individu, en particulier des processus mentaux concourant à son bonheur) avec Tal Ben Shahar, professeur de bonheur à l’Université de Harvard et j’ai a-do-ré!

Et je me suis dit que c’était trop bête de ne pas vous faire un résumé de mes notes.

Sa conférence s’appuie sur plusieurs années de recherche. Selon Tal Ben Shahar, il y aurait donc 5 principales composantes du bonheur.

1. Forces / Atouts

Une étude a été réalisée auprès de plusieurs milliers de personnes dans le monde au moyen de la question suivante: « Selon vous, quel est le facteur de progrès personnel? Connaître ses forces ou ses faiblesses? »

La majorité des gens auraient répondu: « ses faiblesses« .

En entreprise, on a demandé à plus d’un million de salariés de répondre à la question suivante: « Au travail, avez-vous l’occasion de montrer votre excellence, ce dans quoi vous êtes bon, au moins une fois par jour? »

L’écrasante majorité a répondu « non »…Et on s’étonne que les gens fassent des burn-out et ne sont pas épanouis au travail.

Il a été mis en évidence que les personnes les plus heureuses connaissaient et s’appuyaient sur leurs forces, plutôt que de combler leurs faiblesses.

 

Tal Ben Shahar nous invite à les découvrir en se posant ces deux questions:

  • En quoi je suis bon(ne)?
  • Qu’est ce que me motive et qu’est-ce qui me donne de la force?

En effet, c’est en faisant converger les réponses à ces deux questions que l’on trouve notre zone d’excellence. Il est donc important de mettre l’accent sur les choses dans lesquelles on est bon(ne) ET qui nous motive.

2. La santé (énergie, stress, récupération)

Comme le souligne Tal Ben Shahar, le stress n’est pas un problème en soi. Il est même moteur jusqu’à un certain point. Le problème dit-il, est le manque de récupération entre les périodes de stress.

Voici donc quelques astuces pour préserver son énergie et recharger ses batteries:

  • Aménagez-vous des mini pauses dans la journée régulièrement.
  • Levez-vous plusieurs fois par jour de votre bureau, ne serait-ce que pour faire le tour de votre bureau!
  • Accordez-vous des vraies grandes pauses, autrement dit des vacances où vous déconnecterez totalement (et pas partiellement) du travail.
  • Tal Ben Shahar précise aussi que lorsqu’on pose un RTT, il est important de vraiment prendre sa journée et non de répondre à « quelques mails » par ci par là…
  • Faites du sport, au moins un petit peu mais régulièrement.

Pour précision, une étude a montré que « le sport ne fonctionne pas comme un antidépresseur, mais que l’absence d’exercice physique a des effets “dépresseurs” ».

3. Absorption / Pleine conscience

La pluspart des gens attendent des événements extraordinaires pour se sentir heureux: augmentation de salaire, changement de poste, naissance d’un enfant, mariage, etc..Ils éprouvent de brefs moments de bonheur de manière épisodique.

Les gens les plus heureux n’attendent pas des événements particuliers pour se sentir bien. Ils font de l’ordinaire, l’extraordinaire. Le fait de porter son attention sur le moment présent et de pratiquer la pleine conscience le plus souvent possible (en écoutant, travaillant, mangeant, lavant, écrivant…) permet de (re)trouver une joie simple et profonde.

Tal parle aussi de l’importance de réduire le multi-tâches. Pour reprendre son exemple, « Si j’écoute mes 2 morceaux préférés en même temps – Beethoven et Whitney Houston – ce n’est plus du plaisir, c’est de la cacophonie et on passe à côté de 2 superbes chansons. Dans la vie, c’est pareil, en faisant tout à la fois, on ne fait rien correctement et on passe à côté de sa vie. »

Pour être heureux, il vaut mieux privilégier le « moins » au « plus » et le « lent » au « rapide ».

4. Les relations

D’après plusieurs études, les pays les plus heureux seraient ceux qui privilégieraient les liens en groupe, c’est à dire qui nourrissent des liens à travers la famille, des clubs, des associations, etc.

Ces recherches montrent également que la combinaison gagnante pour avoir des relations épanouissantes est:

Authenticité+ positivité = relations épanouissantes

 Photo Mai-Lan Ripoche

5. Sens / But

La plupart des gens pensent que l’on doit changer le monde pour trouver du sens à sa vie. En réalité, et cela rejoint le point sur la pleine conscience, pour être heureux, on doit trouver du sens dans son quotidien.

Tal Ben Shahar nous a donné l’exemple d’une étude faite auprès de femmes de ménage en hôpital.

Les résultats ont montré 3 types de réponses à la question « comment percevez-vous votre travail?« :

  1. Celles qui voyaient leur travail juste comme une source de revenu.
  2. Celles qui le voyaient avec des perspectives d’évolution.
  3. Celles qui le voyaient comme une vocation et qui trouvaient du sens à ce qu’elles faisaient: en faisant le ménage, elles permettaient au personnel soignant et aux malades d’être dans de bonnes conditions de guérison et elles voyaient leur part de contribution à la santé des malades.

Nous pouvons ainsi voir notre travail ou n’importe quelle activité de 3 façons différentes:

  1. Comme un travail, une corvée.
  2. Une carrière: pour évoluer et avancer.
  3. Une vocation: pour donner du sens à ce que l’on fait.

 

Notre bonheur dépend donc de la façon dont nous voyons les choses et non des choses elles-mêmes.

Tal Ben Shahar conclut : « Pour être heureux, il nous faut faire des petits changements par jour pour générer de grands impacts. Il est important de prendre la responsabilité de notre vie et non d’attendre que l’autre vienne nous sauver« .

En bref (mais en anglais):

Photo Mai-Lan Ripoche

Mai-Lan Ripoche

Pour aller plus loin:

Pin It on Pinterest