Le vrai combat du guerrier pacifique

Pas facile d’être une guerrière pacifique.

Bon déjà, rien que le terme « guerrier-pacifique », tu sais dès le départ que ça va être compliqué!

Parce que tu sais que tu es un vrai paradoxe.

Tu sais que tu dois passer de la lutte extérieure à la réconciliation intérieure.

Tu sais que tes grands principes moraux ne valent rien si tu les incarnes pas.

Mais tu sais aussi que la vie va challenger tes principes.

Parce que ce que tu juges chez les autres, c’est ce que tu refuses de voir en toi.

Pire parfois, ce que tu juges, c’est ce que tu envies et que tu n’oses pas exprimer.

Mais ça, tu n’as pas trop envie de le regarder et de l’avouer parce que ce n’est pas l’image que tu as envie de donner.

Un guerrier pacifique regarde les choses en face.

Et pour commencer il SE regarde en face.

Il n’a pas peur de voir en lui ce qui est sombre et dégueulasse.

Parce que tu sais quoi?

Ce qui est vu est sauvé.

Si tu mets la lumière sur tes zones d’ombre, elles se dissiperont et auront moins de pouvoir.

Et ça, ça demande tellement de courage.

De voir et reconnaître qu’en tant qu’être incarné, nous ne sommes pas que lumière (et non désolée!).

Nous sommes OMBRE et LUMIERE.

C’est un des constats du guerrier pacifique.

Il sait qu’il a du beau et du moins beau, du bon et du moins bon en lui.

Il ne rejette rien, il embrasse toutes les dimensions de son être, sans s’en contenter ni se résigner.

Au fond, il sait que son vrai combat, c’est d’enlacer le paradoxe qu’il est,

Et de faire la paix avec son guerrier.

-Mai-Lan Ripoche

Pin It on Pinterest