Incline-toi devant tes maladresses – Jeff Foster

Souris-leur.
Sois ami avec ton incompétence.
Ris quand tu trébuches et tombes. Ce sont des ondes précieuses dans l’immensité indéfinissable de qui tu es.

La perfection ne peut être atteinte dans le temps, elle n’est trouvée que dans la présence ; la présence de l’imperfection te fait réel, fiable, et c’est parfait…

Tu seras cohérent quand tu sera mort…

Jusque là, célèbre ton idiotie, ta merveilleuse incapacité à te conformer, ou à être à la hauteur de n’importe quelle image de toi.

Ne t’ennuie pas dans un coma spirituel.
Dis la mauvaise chose, juste pour une fois. Il y a une telle liberté à s’autoriser à merder, à être gentil avec ses erreurs, à embrasser le sol et se relever à nouveau, à adorer la chute aussi.

Ne laisse pas ta spiritualité engourdir ton humanité, ton humilité, et le plus important, ton sens de l’humour.

JEFF FOSTER

5 étapes pour atteindre ses objectifs

Comment atteindre les objectifs que l’on s’est fixés?

J’ai repris récemment les notes de mon journal entamé il y a plus de 10 ans, dans lequel j’avais noté tout ce qui m’inspirait. Après « Le guerrier pacifique », le second livre qui m’avait marqué était « Le moine qui vendit sa Ferrari« .

Parmi les nombreux exercices qu’il propose, voici celui qui permet « d’atteindre ses buts en 5 étapes » (mais pour ma part je préfère le mot « objectifs » qui me parait plus juste). Alors plutôt que de le laisser dans mon journal, faisons-en profiter à un maximum de monde!

 

1ère étape: les visualiser

Se faire une image mentale très claire du résultat que l’on souhaite atteindre tous les matins en se levant.

2ème étape: les annoncer publiquement

Faire pression sur soi-même de façon positive en annonçant ses buts publiquement (pas la peine de faire une vidéo Youtube non plus, l’idée c’est de s’engager ;)).

3ème étape: leur donner une échéance

Ne jamais se fixer d’objectif sans lui donner une échéance. Dit de manière plus positive, donnez TOUJOURS une échéance à vos objectifs (luttons contre la procrastination!)

4ème étape: les écrire

Notez sur un cahier vos objectifs en les découpant en sous-catégories:

  • Forme physique (décrivez la meilleure version de vous-même, en étant réaliste)
  • Buts financiers
  • Épanouissement personnel
  • Objectifs sociaux (relations avec les autres par exemple)
  • Objectifs spirituels (par exemple pratiquer davantage la gratitude, la méditation, prier, etc)

Idéalement, coller des images correspondantes (Créer son tableau de vision) à chaque catégorie et relisez votre cahier le plus souvent possible.

5ème étape: appliquer la règle des 21 jours

La règle magique des 21: un nouveau comportement se cristallise et devient une habitude si on répète l’activité pendant 21 jours d’affilée.

Idéalement, essayez de choisir le même lieu et la même heure pour relire votre cahier quotidiennement afin de faire appel au pouvoir du rituel…

Alors à vos cahiers! Faites-moi rêver en me partageant en commentaires vos objectifs!

Pacifiquement,

Mai-Lan

10 clés pour se libérer du regard des autres

COMMENT MOINS SE PRÉOCCUPER DU REGARD DES AUTRES ?

51-a4zlzu0l-_sy355_

Le poids du regard des autres est un gros boulet qui vient souvent altérer notre confiance en nous et notre estime de nous car il nous bloque, nous intimide et nous limite !

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’en être moins affecté en ayant conscience de quelques principes.

10 clés pour se libérer du regard des autres

1. C’est normal de se préoccuper du regard des autres !

« Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même » Krishnamurti

Nous sommes des êtres de relation, on ne peut pas vivre seul.

Le regard des autres est important dans la mesure où il nous permet de mieux nous connaître, d’avoir du feedback sur nous-même à propos de nos qualités et de nos défauts.

 

2. Les Autres jugent… au même titre que nous jugeons ! 

Tout le monde juge, nous ne sommes pas dans le monde des bisounours ! dès que nous rencontrons une personne pour la première, l’esprit est fait ainsi: il va poser une « étiquette »: « elle a l’air sympa », « j’aime pas sa tête », « c’est quoi ce style? »

Un jugement est une pensée, il n’est donc pas la réalité. Nous avons des pensées en permanence et donc des jugements en permanence! Ils nous traversent. Il est donc plus sage de se demander : que fait-on de ces jugements ? Est-ce qu’on les prend pour la réalité? Est-ce que j’essaie d’aller au delà de mes a priori et de mes interprétations?

 

3. Arrêtons de faire des suppositions!

Et oui, c’est un des accords toltèques dont parle Miguel Ruiz. On ne sait pas ce qui se passe dans la tête des gens, alors arrêtons de leur prêter « nos » mauvaises intentions.

4. On sera tout le temps jugé!

Ainsi, mieux vaut rester soi-même ! De plus, en étant entier et authentique, les autres vont nous aimer pour qui nous sommes vraiment et non pour notre masque !

5. Arrêtons de vouloir plaire à tout le monde

Je sais c’est dur mais ce n’est pas possible ! Même Le Dalai-Lama ne plait pas à tout le monde! :p

Le risque de vouloir plaire à tout le monde, c’est de s’oublier et de ne plus s’écouter. Et puis n’oubliez pas….

« Plus on veut rentrer dans le moule et plus on ressemble à une tarte! »

 6. Soyons détachés des compliments

Plus on dépend des compliments et plus on dépend des critiques, c’est mathématiques !

7. L’opinion d’une personne n’est pas la réalité

C’est SA réalité ! C’est sa perception selon sa vision des choses, ses valeurs, ses convictions, ses émotions à un instant T. C’est sa réalité, ce n’est pas LA réalité ! Ça lui appartient !

Et puis personnellement je trouve que quand les autres nous jugent, ce sont eux qui ont le plus à perdre, parce qu’ils passent à côté de toutes les qualités qu’on pourrait leur offrir ! Et pan, dans les dents!

8. Définis toi toi-même

Si vous ne savez pas qui vous êtes, ce sont les autres qui vont vous définir en vous collant des étiquettes ! Donc décidez de qui vous voulez être et comment vous voulez être.

C’est le principe des vases communicants: plus j’accorde de l’importance au jugement d’autrui, plus mon propre jugement perd de la valeur. C’est comme ça que nous donnons aux autres le pouvoir de déterminer notre valeur.

9. Acceptons de ne pas être parfait !

Parfois, on inspire plus les autres en assumant nos erreurs et en admettant nos limites qu’en étant parfait et lisse ! Ca nous rend plus humain et plus authentique !

10. Faisons de notre mieux.

Dernier accord toltèque d’ailleurs.  Faire de son mieux ce n’est pas rechercher la perfection mais éviter d’avoir des remords. Votre mieux d’aujourd’hui sera différent de celui de demain.

Soyez doux et tolérant avec vous-mêmes 😉

Exercice:

Je vous invite à écrire dans un petit cahier,  vos qualités, vos valeurs, vos talents, vos fiertés et vos réussites. Pensez aussi à ce que d’autres personnes ont dit de vous positivement et relisez régulièrement vos notes.

 

Cet article vous a été utile? Pensez à me le dire en commentaires et à partager!

***

Pour aller plus loin et vraiment passer à l’action, pensez au coaching individuel!

Les 5 langages de l’amour

5 clés pour mieux se comprendre, communiquer et prendre soin de soi et des autres

Selon Gary Chapman, conseiller conjugal américain, il existerait 5 langages de l’amour.

Si on est réceptif à tous les langages, nous avons souvent un ou deux langages qui prédominent et qui n’est pas forcément celui de l’autre !

C’est pour cette raison que nous rencontrons parfois des incompréhensions, ou qu’on se sent « mal aimé ». C’est parce que nous utilisons 2 langues différentes pour exprimer la même chose!

Dans une relation, il est donc important de comprendre son propre langage de l’amour et celui de l’autre pour pouvoir donner et recevoir de la manière qui nous satisfasse le plus et qui satisfasse l’autre tout autant!

Connaître le langage privilégié de l’autre permet ainsi de percevoir ses preuves d’amour, et communiquer sur notre langage préféré permet de recevoir plus de preuves d’amour.

Ainsi, nous obtenons une meilleure communication et moins de frustrations !

 

Art-mella illustre les 5 manières d’exprimer son amour définies par Gary Chapman:

1. Les paroles valorisantes

Elles peuvent être de divers types:

  • Paroles d’encouragement
  • Compliments
  • Mots gentils

Ca me rappelle une relation à laquelle j’avais mis fin il y a plusieurs années car je trouvais que mon petit ami ne me « démontrait pas assez » son amour. A l’époque je disais que « j’avais besoin de l’entendre me le dire ». En fait j’avais besoin de « paroles encourageantes ». Avec le recul, je me rends compte que son langage préféré était celui des « cadeaux ». Bien entendu, ce n’était pas la seule raison de notre séparation mais si j’avais eu ces éléments, j’aurais été peut-être moins exigeante et j’aurais pu mieux formuler mon besoin, et mieux apprécier ses gestes 😉

2. Les cadeaux

Offrir un cadeau permet à l’autre de penser à vous à chaque fois qu’il le verra.

Quand j’étais petite, ma maman nous faisait de temps en temps des « surprises », elle aimait nous faire des cadeaux sans forcément attendre un événement particulier comme notre anniversaire ou Noël. Ce n’était pas des gros cadeaux dans le sens monétaire du terme mais finalement ces « gestes » ont beaucoup plus de valeur à mes yeux que les cadeaux que je « commande » pour mon anniversaire ou Noël. D’ailleurs pour ces cadeaux « commandés », je ne me souviens souvent plus de ce que j’ai eu, alors que lorsque le cadeau vient d’une réelle intention de me faire plaisir de la part de l’autre et qu’il l’a choisi ce cadeau en pensant à moi, je m’en souviens beaucoup mieux!

Comme on dit, c’est l’intention qui compte!

3. Les services rendus

Cela consiste tout simplement à servir l’autre, en faisant des actions pour lui simplifier la vie, cela peut être des petits services au quotidien comme des actions plus « extraordinaires ».

Mon compagnon par exemple me recoud les trous de mes vêtements (je ne suis pas manuelle) ou me fait mes ourlets, et parfois me repassent même mes affaires, tandis que je prépare la majorité des repas.

4. Les moments de qualité

Ce sont ces petits moments privilégiés, en tête à tête, que ce soit pour discuter ou pour partager une expérience. Chacun arrête le temps, stoppe ses activités du moment pour profiter à 2 d’un bon moment.
Par exemple : une balade en forêt, partager une activité commune, un restaurant en tête à tête…

 

5. Le toucher physique

Le toucher physique comprend tous les gestes d’affection : se tenir la main, enlacer l’autre, le caresser, le masser … Nous sommes plus ou moins tactiles et accueillons avec plus ou moins d’intérêt les signes d’affection, pour certaines personnes, prendre quelqu’un dans ses bras est banal, pour d’autres cela représente un effort surhumain, il faut savoir « graduer » ces gestes d’affection.

 

Enfin, il faut savoir aussi que 1/4 des personnes ne communiquent pas le même langage de l’amour que celui qu’ils aiment recevoir. Peut-être que vous préférez recevoir des paroles valorisantes, mais que vous allez plutôt offrir des cadeaux pour exprimer votre amour.

 

Voilà donc les langages de l’amour, il ne vous reste plus qu’à déterminer à quel langage vous êtes plus réceptif et surtout … à le faire savoir !

Et pour soi-même?

Art Mella a magnifiquement résumé les 5 langages de l’amour pour soi-même! Et oui, commençons à nourrir l’estime de soi nous-même au risque de « mendier » de l’amour aux autres.

 

Dites-moi en commentaires comment vous voulez vous donner plus d’amour? Quelles actions allez-vous mettre en place concrètement?

Pacifiquement,

Mai-Lan

***

Pour nourrir plus en profondeur l’estime de soi, pensez au coaching individuel en me contactant.

 

 

Savoir dire non et recevoir un non

Dans cette interview, Eliane Régis, formatrice en Communication NonViolente nous explique comment dire non et comment recevoir un non.

Comédienne, metteure en scène et professeure de théâtre pendant plus de 25 ans, elle a également exercé également pendant une trentaine d’années dans la formation continue en entreprises.

Elle aime explorer les liens de la CNV avec le corps, le jeu, l’improvisation notamment lors de stages afin de favoriser l’apprentissage et l’intégration du processus CNV.

Elle pratique depuis 1998 la Pleine Conscience, selon les enseignements du Maître Zen Vietnamien Thich Nhat Hanh , cet art de vivre pleinement l’instant présent, dans l’accueil de ce qui est.
Elle est reconnue comme enseignante par ce maître, depuis 2012, pour partager les pratiques de pleine conscience qu’il transmet.
Les 3 pratiques : Le théâtre, la CNV et la Pleine conscience sont, pour elle, un chemin de Vie et de liberté.

Pour en savoir plus sur Eliane Régis:
http://www.cnvformations.fr/index.php…

Toutes les formations avec Eliane Régis:
http://www.cnvformations.fr/index.php…

 

J’aime beaucoup aussi le blog http://cnv-apprentiegirafe.blogspot.fr/ qui illustre magnifiquement l’enseignement de la CNV, voici celui concernant le NON.

 

Pensez à partager et à commenter cet article!

Et pour mettre en pratique et oser s’affirmer, pensez au coaching individuel en me contactant à mailan@lesguerrierspacifiques.com

Ma déclaration de responsabilité face à la vie

 

 

 

1. J’accepte complètement et sans aucune arrière pensée que tout ce qui s’est produit dans ma vie, et ce qui arrive en ce moment dans mon existence, et tout ce qui peut se produire dans l’avenir me fournit des occasions précieuses pour apprendre et grandir.

Personne d’autre n’est à blâmer pour la négativité ou la douleur dont ma nature émotionnelle fait l’expérience.

Je ne chercherai aucune exception à cette croyance, même quand la cause apparente de mon problème est totalement indépendante de moi.

 

2. Je chercherai à toujours assumer entièrement ma responsabilité, tout en refusant la culpabilité.

Plutôt que de chercher des excuses pour ce qui marche mal, je m’efforcerai de comprendre ce qui se passe, puis chercherai des moyens pour corriger la situation.

J’assume la responsabilité entière de mes choix.

J’affirme que nulle personne ou situation ne peut me faire sentir inférieur(e), rejeté(e), inadéquat(e) sans mon consentement, et que j’ai le libre choix de donner ou de refuser ce consentement.

 

3. Je refuse la croyance au hasard, qui est un des principaux mécanismes de déresponsabilisation dans notre culture.

Je suis conscient que je crée ma propre réalité par ma façon d’accueillir et d’interpréter les événements de la vie.

Je chercherai systématiquement les moyens et les solutions plutôt que les excuses et les refuges.

Je choisirai l’ouverture et le risque plutôt que la passivité et la sécurité.
4. Je choisis de me respecter totalement, en toutes circonstances, quelles que soient les erreurs que je puisse commettre, et d’accorder ce même respect à toute forme de vie – humaine, animale ou végétale – que je rencontre.

 
5. Je dis OUI à la vie, OUI, OUI et encore OUI.

(Source : Extrait du livre « Plus jamais victime » de Pierre Pradervand)

 

Une vraie déclaration de guerrier pacifique! Engagez-vous à respecter cette déclaration? Y a t-il des points plus difficiles pour vous? qu’en pensez-vous?

Dites-le moi en commentaires et partagez sans compter!

Vivons notre vie avec courage, sagesse et humour!

Mai-Lan Ripoche

***

Envie de reprendre le contrôle de votre vie? Pensez au coaching individuel.

Pour me contacter : mailan@lesguerrierspacifiques.com

Pin It on Pinterest